Relever le défi de la pollution par l’azote des eaux estuariennes et côtières

Estimated Reading Time: 6 minutes Listen to this

Steve Mustow Member Name

Praticien sénior en évaluation de l’impact environnemental et social

L’azote est un élément fondamental de la vie. Cependant, au cours du dernier siècle, les humains ont radicalement changé l’équilibre de l’azote, créant un problème de pollution par l’azote qui est maintenant un grave défi environnemental partout dans le monde. Les eaux estuariennes et côtières sont particulièrement vulnérables à l’azote excédentaire, et il faudra peut‑être des décennies pour inverser les répercussions écologiques. C’est une image troublante, celle d’engrais, de fumier et d’eaux usées créant une surcharge de nutriants et entraînant une prolifération d’algues, un appauvrissement en oxygène, des zones mortes, une mortalité massive de poissons et la perte d’habitats pour les oiseaux aquatiques migrateurs.

Pour rétablir l’équilibre et la santé de nos milieux aquatiques, il faudra que les agriculteurs, les promoteurs, les organismes de réglementation, les entreprises du secteur de l’eau et les consultants en environnement réfléchissent différemment à l’azote. Actuellement, beaucoup d’efforts sont déployés pour mieux comprendre, gérer et réduire le problème de la pollution par l’azote. Nous pouvons commencer à inverser les répercussions négatives en cernant les sources d’azote et les chemins qu’il emprunte et en adoptant des approches de gestion durables, intégrées et à multiples facettes.

Localisez la source, et retracez le chemin

Pour relever le défi de la pollution par l’azote des eaux estuariennes et côtières, la première étape consiste à déterminer les sources de l’azote entrant dans chaque système et à comprendre les chemins et les processus suivis par le polluant. Certaines sources sont ponctuelles, comme les rejets du réseau d’assainissement et des collecteurs d’eaux pluviales; alors que d’autres sont diffuses, comme l’écoulement de surface provenant des terres agricoles ou de terrains urbains. Ces sources d’azote peuvent pénétrer directement dans l’eau ou par les cours d’eau et les eaux souterraines.

Dans notre hâte à nourrir le monde, nous avons créé de nouveaux problèmes. L’augmentation considérable au cours du dernier siècle de l’utilisation agricole d’engrais azoté est la principale cause de la quantité totale d’azote biodisponible découlant de l’activité humaine. Lorsque les engrais sont utilisés en quantité excessive, l’azote peut migrer vers les eaux de surface et souterraines sous forme de nitrates et d’ammonium, ce qui cause des problèmes écologiques et réduit la qualité de l’eau. Parmi les autres sources anthropiques courantes de pollution par l’azote, mentionnons le fumier provenant de l’exploitation d’élevage, les aliments et les restes alimentaires utilisés en pisciculture et les eaux usées mal gérées.

Comme une part importante de la pollution par l’azote dans les eaux estuariennes et côtières provient de l’agriculture, l’amélioration des pratiques agricoles devrait être prioritaire. Les mesures les plus efficaces que les agriculteurs peuvent prendre pour réduire la pollution des cours d’eau comprennent le fait de connaître la teneur en azote des engrais, la culture de plantes de couverture pour réduire le lessivage de l’azote, l’étalonnage des épandeuses pour qu’elles n’utilisent que ce qui est nécessaire, la réduction de la densité de logement et le passage d’une culture intensive à des pratiques moins intensives, comme la conversion en prairies ou boisés aménagés. Étant donné que les cours d’eau sont une voie importante permettant à l’azote d’atteindre le milieu marin, toute mesure visant à améliorer la qualité des cours d’eau est également susceptible de profiter aux habitats estuariens et côtiers.

D’autres mesures directes peuvent être prises pour diminuer les niveaux d’azote dans les eaux estuariennes et côtières : la conservation de la végétation riveraine ou la création de zones humides et de roselières, l’accroissement de l’élimination de l’azote dans les installations d’épuration des eaux usées qui se déversent directement dans les eaux et l’imposition de mesures de contrôle plus strictes dans les piscicultures. L’aquaculture des mollusques bivalves peut aussi éliminer l’excédent d’azote et rendre l’eau plus claire.

Lorsque la pollution par des nutriants (notamment l’azote) menace un site, un plan de gestion des nutriants peut être utilisé pour cerner les sources de nutriants qui entrent dans les cours d’eau ainsi que les mesures à prendre pour les gérer. Ces plans sont une méthode de lutte contre la pollution de l’eau lorsque la charge excessive en nutriants exige une approche combinée pour s’attaquer à des sources ponctuelles et diffuses. Des plans de gestion des nutriants ont été mis en œuvre afin de protéger au Royaume-Uni les zones désignées comme étant des aires « spéciales » de conservation associées aux rivières Avon, Wye et Clun. Dans certains cas, les plans ont aussi mené à des restrictions sur les projets d’aménagement, y compris la construction de maisons, où le développement accru devait entraîner une plus grande accumulation et un plus grand transport de nutriants.

Appliquez des approches de gestion durable et intégrée des bassins versants

Étant donné la diversité des sources et des processus de pollution par l’azote, il est souvent nécessaire d’adopter une approche de gestion intégrée des bassins versants, qui vise une gestion pleinement intégrée des terres, de l’eau et des activités humaines dans un bassin versant. Les approches de gestion intégrée couvrent l’état du milieu aquatique, les pressions exercées sur la qualité du milieu aquatique et les mesures de protection et d’amélioration du milieu aquatique. Au Royaume-Uni et en Irlande, les agences de l’environnement ont créé des plans de gestion des bassins fluviaux dans le but de déterminer des mesures permettant d’assurer la bonne qualité des plans d’eau.

Les « partenariats des bassins versants » peuvent également être efficaces en coordonnant les activités de diverses parties concernées, comme les agriculteurs, les entreprises du secteur de l’eau et d’assainissement des eaux usées et les propriétaires fonciers. Par exemple, en 2018, Thames Water, Yorkshire Water et Anglian Water ont signé une déclaration de captage de l’eau visant à atteindre et à dépasser les objectifs de qualité de l’eau en collaborant avec les agriculteurs pour utiliser plus efficacement les engrais et améliorer la qualité du sol.

Bien qu’il s’agisse d’approches viables, il est important de noter que, dans les bassins versants où les eaux souterraines ont été polluées par l’azote provenant d’activités agricoles antérieures et se déversent dans les cours d’eau, une période importante s’écoulera probablement avant que les changements apportés aux pratiques agricoles permettent de réduire les niveaux d’azote dans les cours d’eau. De plus, diminuer la source des chargements en azote ne suffit pas toujours pour régler le problème à court terme en raison des processus complexes de recyclage de l’azote entre les sédiments et la colonne d’eau; et de facteurs de modulation comme la lumière et la saison.

Encouragez l’innovation et les mesures incitatives

Pour réduire la pollution par l’azote, il faut réduire les apports de nutriants. Comme ces mesures ont des répercussions sur la société et l’économie, les avantages à long terme sur le plan de l’environnement et du développement durable pourraient ne pas suffire à changer radicalement les comportements en l’absence de mesures incitatives (« carotte ») ou d’une réglementation stricte (« bâton »). Il faudra de la coopération, de la bonne volonté et des compromis de la part des nombreuses parties concernées afin d’imposer des restrictions sur les projets d’aménagement, de mettre à niveau les installations de traitement des eaux usées et modifier les pratiques agricoles et d’utilisation des terres.

Voici un exemple de l’approche du « bâton ». Dans la région du Solent, les autorités locales ont envisagé l’octroi de permis de construire. Le Solent est un plan d’eau qui sépare l’île de Wight de la partie continentale de l’Angleterre, et la majeure partie du littoral est désignée comme étant des aires de conservation en raison de l’importance des habitats côtiers et estuariens. En mars 2020[1], Natural England a envoyé aux autorités chargées de la planification du Solent un avis selon lequel des permis de construire ne devraient pas être accordés pour un nouveau projet d’aménagement à moins que la neutralité en azote puisse être démontrée. Cela faisait suite à la formation de toiles denses d’algues vertes dans l’estuaire du Solent, attribuable à l’augmentation des niveaux de nutriants, qui a eu des répercussions sur les habitats protégés et les oiseaux. Même s’il y avait clairement un important problème environnemental à régler, des préoccupations ont été soulevées au sujet des conséquences de cette nouvelle restriction importante sur la construction de logements.

Le système de compensation des rejets d’azote mis au point par Wessex Water à l’aide d’une plateforme en ligne appelée EnTrade [anglais seulement] est un exemple de l’approche de la « carotte ». EnTrade permet aux agriculteurs de vendre des services environnementaux à des promoteurs, à des entreprises du secteur de l’eau, à des organismes gouvernementaux et à des entreprises. Les services visent des changements d’utilisation des terres comme l’ensemencement de cultures de couverture d’hiver ou des changements à long terme comme la création de boisés. Ce marché en ligne pour des solutions inspirées par la nature semble avoir réduit la quantité d’azote entrant dans Poole Harbour, une zone fragile sur le plan écologique et menacée par la pollution par l’azote. Des systèmes de compensation comme EnTrade sont susceptibles de gagner en force en Angleterre et au Pays de Galles avec l’introduction proposée, en 2024, d’un système environnemental de gestion des terres[2].

Malgré les travaux d’atténuation entrepris jusqu’à maintenant, de nombreuses eaux estuariennes et côtières continuent de dépasser les normes relatives à l’azote, de sorte qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour relever ce défi environnemental urgent. Une meilleure reconnaissance des sources et des voies de la pollution par l’azote, une coopération accrue dans la gestion intégrée des bassins versants, l’innovation et des mesures incitatives peuvent contribuer ensemble à apporter des changements significatifs. Il est temps de rétablir l’équilibre de façon à ce que les générations futures puissent profiter de cours d’eau, d’estuaires et d’océans sains, avec toute la riche biodiversité qu’ils préservent.

[1] HTTPS://WWW.PUSH.GOV.UK/WP-CONTENT/UPLOADS/2020/03/ADVICE-ON-ACHIEVING-NUTRIENT-NEUTRALITY-FOR-NEW-DEVEOPMENT-IN-THE-SOLENT-REGION-MARCH-2020.PDF
[2] HTTPS://WWW.GOV.UK/GOVERNMENT/PUBLICATIONS/THE-ENVIRONMENTAL-LAND-MANAGEMENT-SCHEME-AN-OVERVIEW/THE-ENVIRONMENTAL-LAND-MANAGEMENT-SCHEME-PUBLIC-MONEY-FOR-PUBLIC-GOODS

À Propos De L’auteur

Steve Mustow Member Name

Praticien sénior en évaluation de l’impact environnemental et social

DÉCOUVRIR

Golder utilise des témoins de navigation (« cookies ») afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En continuant à utiliser ce site Web, nous supposons que vous consentez à recevoir tous les témoins sur notre site Web.

D’ACCORD Plus d'information