Le foudroyage par blocs permet d’atteindre des dépôts profonds à la mine KSM




RENSEIGNEMENTS SUR LE PROJET

Client
Seabridge Gold

Location
Colombie-Britannique (Canada)

Description

Golder participe à la planification du développement de ce qui pourrait devenir l’une des plus grandes mines d’or et de cuivre au monde, grâce à une méthode d’extraction souterraine efficace et rentable qui offre la productivité d’une mine à ciel ouvert en même temps que la capacité d’atteindre des gisements profonds comme dans les mines souterraines. Cette méthode, qu’on appelle le foudroyage par blocs, est proposée comme option peu coûteuse pour extraire des gisements minéraux profonds ou situés à des endroits où le terrain est difficile et peu propice à l’exploitation d’une mine à ciel ouvert.

Seabridge Gold possède plusieurs gisements d’or et de cuivre porphyrique dans le nord de la Colombie-Britannique (Canada), collectivement connus sous le nom de mine Kerr-Sulphurets-Mitchell (KSM). Certains des gisements subaffleurants peuvent être exploités à ciel ouvert et permettre de livrer, à faible coût, de grandes quantités de minerai à l’usine de concentration. La taille et la profondeur de ces mines sont cependant limitées et il peut devenir trop coûteux de retirer les morts-terrains, éliminer les stériles et remonter le minerai des grandes profondeurs. Et dans certains cas, l’extraction souterraine peut être une méthode plus commode en terrain montagneux difficile.

Dans ce contexte, Golder aide Seabridge à appliquer une approche à deux volets à la mine KSM depuis 10 ans. La première partie du plan est d’exploiter à ciel ouvert les gisements situés près de la surface. Le foudroyage par blocs, une méthode éprouvée dans des mines du monde entier, pourrait être la solution pour atteindre les gisements plus profonds dans la deuxième partie du plan d’extraction (pour en savoir plus sur le foudroyage par blocs, voir notre article de la série Perspectives ici).

Le foudroyage par blocs réduit aussi considérablement l’empreinte du projet et la quantité de stériles produits.

Golder a établi que certains des gisements minéraux à la mine KSM conviennent pour le foudroyage par blocs, étant relativement grands et assez homogènes en ce qui a trait aux minéraux ciblés. La verticalité des gisements permet la production au moyen du foudroyage par blocs avec des colonnes de minerai de grande taille et une faible dilution.

Golder a aidé à déterminer que le foudroyage par blocs pourrait être effectué à un coût d’exploitation semblable à celui de l’exploitation à ciel ouvert à partir d’une certaine profondeur. Fait tout aussi important, cette méthode permettra de produire des volumes de minerai comparables à ceux de l’exploitation à ciel ouvert. Cela signifie que l’usine mise en place pour traiter le minerai provenant des mines à ciel ouvert continuera de fonctionner au même taux d’efficacité lorsqu’elle sera alimentée par les mines exploitées au moyen du foudroyage par blocs.

L’un des problèmes que Golder a abordés est la résistance de la roche dans le gisement de minerai. Normalement, il est souhaitable que la roche soit compétente, car cela permet de soutenir un tunnel ou une autre structure souterraine. À KSM, cependant, la grande compétence de la roche remet en question le foudroyage initial, la fragmentation et la productivité.

Pour aborder ce problème, Golder a utilisé des données de forage et son logiciel exclusif FracManTM pour modéliser les fractures dans la roche afin de comprendre et d’estimer la taille des blocs in situ et la façon dont le gisement se fragmentera au moment du foudroyage. Ces études ont mené à l’intégration d’un préconditionnement du massif rocheux à foudroyer par hydrofracturation. Le conditionnement de préproduction de la roche par génération de fractures supplémentaires est assez courant dans les mines exploitées au moyen du foudroyage par blocs à l’échelle mondiale et peut être une solution efficace pour le foudroyage de roche résistante et compétente. L’un des avantages de la résistance et de la compétence de la roche à KSM est la possibilité que les entonnoirs de soutirage aient une durée de vie plus grande. Il s’agit d’un avantage pour le foudroyage par blocs, car cela se traduit par un coût d’immobilisation à la tonne plus faible, puisque des entonnoirs de soutirage plus résistants et plus durables permettent le traitement de plus de minerai.

Un autre défi à la mine KSM tient à la gestion de l’eau. Dans une région où les précipitations sont élevées, y compris une importante accumulation de neige en hiver, il y a un risque d’inondation des mines. L’équipe de Golder a participé à la conception de tunnels pour transporter l’eau, la stocker et la pomper hors des galeries. Le traitement de l’eau respectera ou surpassera les mesures de qualité de l’eau nécessaires pour le rejet dans l’environnement.

On trouve encore, à l’heure actuelle, de nouvelles ressources de bonne taille et de bonne qualité à la mine KSM. Golder continue d’appuyer Seabridge dans la délimitation et la caractérisation des gisements et la définition des paramètres d’ingénierie dans le cadre de ce projet.


Golder utilise des témoins de navigation (« cookies ») afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En continuant à utiliser ce site Web, nous supposons que vous consentez à recevoir tous les témoins sur notre site Web.

D’ACCORD Plus d'information