Relever le défi de mesurer les PFAS dans le cadre d’essais à un site d’enfouissement de la Californie




RENSEIGNEMENTS SUR LE PROJET

Client
Confidentiel

Location
Sud de la Californie

Description

Les composés de PFAS sont conçus pour être glissants. Ils empêchent les aliments de coller à des poêles antiadhésives, aident la pluie à glisser sur les vêtements imper-respirants et assurent le mouvement fluide des pièces mécaniques. Qu’on s’aventure en terrain glissant lorsqu’on tente de les mesurer n’a donc rien d’étonnant. Il peut être encore plus difficile de démontrer leur absence, c’est-à-dire le fait que leur concentration à un endroit donné n’atteint pas un niveau préoccupant.

Mais les alkyles perfluorés et polyfluorés, collectivement appelés PFAS, ont été désignés comme cancérogènes et représentent une menace pour la santé humaine et l’environnement. Ainsi, les propriétaires fonciers, les organismes de réglementation sur l’environnement, les dirigeants politiques et le grand public sont de plus en plus préoccupés par les endroits où des composés de PFAS pourraient être présents et contaminer les eaux souterraines et de surface.

La nature envahissante des PFAS est démontrée à un site d’enfouissement en Californie

L’histoire de l’étude d’une seule propriété dans le sud de la Californie, un site d’enfouissement réaménagé, peut aider à expliquer en partie la complexité des études liées aux PFAS.

Elle commence au moment où un organisme de réglementation de la Californie, le State Water Resources Control Board (SWRCB), a voulu mieux comprendre la contamination par les PFAS dans l’État. L’organisme a donné aux propriétaires des sites d’enfouissement en exploitation et des propriétés contenant des sites d’enfouissement fermés la directive d’y étudier la contamination par les PFAS. Il s’agissait de recueillir et d’analyser des échantillons d’eau souterraine et de lixiviat pour y déceler les constituants préoccupants.

Dans le cadre du projet, notre client procède actuellement à la réhabilitation du site d’enfouissement. Le site d’enfouissement étant antérieur aux normes actuelles qui exigent une couche sous-jacente imperméable, celles-ci n’étaient pas en place au moment de l’enfouissement. Aucun système n’était en place non plus pour le traitement du lixiviat, c’est-à-dire des précipitations s’écoulant à travers le site d’enfouissement et pouvant ainsi être contaminées par des produits chimiques dangereux.

Puisque les composés de PFAS sont utilisés dans une gamme si vaste de matériaux, y compris la peinture et d’autres matériaux de construction, il était possible que du lixiviat contaminé par les PFAS s’écoule dans les eaux souterraines sur le site. La question était la suivante : comment mesurer la contamination locale par les PFAS de manière à répondre aux exigences de l’organisme de réglementation?

Pourquoi les PFAS sont-ils si difficiles à mesurer?

Pour diverses raisons, la mesure des PFAS est un terrain très glissant. L’une de ces raisons est que la réglementation prévoit qu’ils soient mesurés jusqu’à des concentrations extrêmement faibles (particules par billion), mais ce n’est que récemment que les équipements d’essai ont pu arriver à des résultats fiables à de telles concentrations.

Une autre raison qui rend les PFAS difficiles à mesurer est leur omniprésence. Au cours des 50 dernières années, les PFAS ont été utilisés pour tant de préparations et de produits qu’il est difficile de séparer la mesure des PFAS provenant du site de la concentration de fond (les PFAS apportés par le vent, par exemple.

Une troisième raison provient aussi de cet aspect de l’omniprésence des PFAS. L’ubiquité des composés de PFAS rend difficile d’éviter la contamination croisée, à tel point qu’une équipe d’investigation pourrait introduire des PFAS sur le site par mégarde. On peut retrouver des PFAS sur les chaussures, les vêtements (en particulier les vêtements imper-respirants), les emballages de repas, les gants et autres articles courants. La liste des « interdictions » incluse dans un plan de travail d’investigation peut être intimidante. Par exemple, pour éviter une contamination potentielle par les traitements de protection contre les taches des housses de siège, un des membres de notre équipe a dû couvrir les sièges de son camion.

Pour surmonter ces défis, Golder a élaboré des procédures normalisées et des plans d’échantillonnage qui tiennent compte de la nécessité d’éviter la contamination des échantillons d’eau souterraine prélevés sur le site.

L’un des défis particuliers que nous avons dû relever dans le cadre du projet concernait la profondeur que nous devions atteindre pour prélever des échantillons d’eau souterraine dans les parties les plus profondes de l’ancienne carrière de gravier, entre 260 et 280 pi sous le niveau du sol.

Le problème n’était pas le forage en profondeur, mais l’obtention des pompes de fond que nous devions placer en profondeur pour amener l’eau souterraine à la surface. Il est déjà difficile d’obtenir des pompes capables de puiser à de telles profondeurs, mais d’en obtenir dont les composantes ne contiennent pas de PFAS l’est encore plus. Il n’y a simplement pas d’équipement sans PFAS facile à trouver sur le marché, bien que la situation évolue rapidement, les fabricants se démenant pour répondre à ce besoin croissant.

Le personnel de Golder a travaillé avec plusieurs fournisseurs et fabricants d’équipement d’échantillonnage sans PFAS avant d’arrêter son choix sur un dispositif d’échantillonnage sans purge, sans PFAS et pouvant être déployé aux profondeurs requises.

Dans le cadre du projet, nous avons eu la chance de travailler avec un client qui prenait ses responsabilités au sérieux, qui comprenait les procédures que nous devions suivre et qui a investi dans un travail d’essai exhaustif. Nous avons fait des essais approfondis et déterminé que le site respectait les normes californiennes relatives aux PFAS, en appliquant des procédures strictes de contrôle et d’assurance de la qualité sur le terrain. Le SWRCB était satisfait du programme de terrain et a jugé que les données recueillies dans le cadre du programme étaient représentatives du site. Aucune autre étude des PFAS sur le site n’a été demandée.


Golder utilise des témoins de navigation (« cookies ») afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En continuant à utiliser ce site Web, nous supposons que vous consentez à recevoir tous les témoins sur notre site Web.

D’ACCORD Plus d'information